• http://www.entreprise2020.fr/wp-content/uploads/2015/03/repenser-organisation-960x194.jpg
http://www.entreprise2020.fr/wp-content/themes/flare/images/shadow-1.png

Usage des outils d’intelligence collective

Le rôle des formes organisationnelles

Etude-ISD-CIGREFUne nouvelle publication des « Essentiels » de la première vague de projets de recherche du Programme ISD de la Fondation CIGREF :

Cette étude baptisée « USE.ORG » a pour objet d’analyser le rôle de la structure Organisationnelle. Elle a été menée sous la responsabilité de Bernard Fallery, Professeur des Universités à l’Université Montpellier 2.


[feuilleteur numérique]

Les chercheurs se sont intéressés aux liens entre les usages de technologies collaboratives et les formes d’organisation.

Ils partent de l’hypothèse que la configuration organisationnelle, l’organisation du travail et les politiques de ressources humaines influencent l’usage de ces technologies. Ils se sont appuyés sur une analyse de la littérature dans les domaines des systèmes d’information et celui des relations humaines pour formuler six hypothèses de travail :

  • Les technologies collaboratives sont utilisées au départ pour des tâches simples, non ambigües.
  • L’expérience, l’apprentissage et la structuration d’un langage commun permettent d’utiliser les technologies collaboratives pour des tâches complexes et ambigües.
  • Les technologies collaboratives sont plus utilisées dans des contextes étroitement interdépendants.
  • Elles sont plus facilement adoptées dans des organisations décentralisées.
  • La promotion de la collaboration facilite la richesse des utilisations et l’adaptation de l’outil par les utilisateurs.
  • Les stratégies RH facilitatrices et les stratégies SI facilitatrices font que les outils collaboratifs sont plus utilisés et de manière plus variée.

Cette recherche s’appuie sur 11 études de cas au cours desquelles a été observée une très grande hétérogénéité des usages.

« Dans une entreprise, quelle que soit sa taille, il n’y a pas une technologie collaborative, mais des « situations collaboratives » qui évoluent autour de deux axes : les formes de coordination (intégrée ou différenciée), et les formes d’échanges (transmission, échange, travail en commun). On n’accède pas à ces situations collaboratives par les mêmes chemins. On distingue plusieurs itinéraires, selon que l’entreprise passe par la gestion de documents, la gestion d’activités ou aboutit directement à une situation collaborative ».

Johan Jongejan
présentation des résultats de recherche

Roxana Ologeanu-Taddei
présentation du projet de recherche

L’équipe de chercheurs du projet Use.Org :

  • Ewan Oiry, Professeur des Universités à l’Université de Poitiers et chercheur au CEREGE. Il est titulaire d’une thèse de doctorat en sciences de gestion. Ses recherches portent sur la gestion par les compétences, le Knowledge management, les outils de gestion et les usages des TIC.
  • Roxana Ologeanu-Taddei, Maître de Conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Montpellier 2 et chercheur au CREGOR. Sa thèse de doctorat portait sur les expérimentations éducatives et les stratégies des filières de l’industrie de la communication concernant la conception des dispositifs de visioconférence.
  • Amandine Pascal, Maître de Conférences à l’Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II) et membre du laboratoire LEST. Ses recherches portent sur la méthodologie de conception des Systèmes d’Information, le knowledge management et les usages des SI.
  • Robert Tchobanian, socio-économiste et chargé de recherche CNRS au LEST.
  • Bernard Fallery, Professeur des Universités à l’Université de Montpellier2. Il enseigne au département « Informatique et Gestion » à l’Ecole Polytech’Montpellier. Ses recherches portent sur l’appropriation des technologies d’information et communication dans le travail des managers, dans la formation ouverte et dans la gestion de connaissances.

Les premiers Essentiels du Programme international de recherche ISD

Catégories