• http://www.entreprise2020.fr/wp-content/uploads/2015/03/valoriser-donnees-960x194.jpg
http://www.entreprise2020.fr/wp-content/themes/flare/images/shadow-1.png

Perception des utilisateurs face aux objets numériques

utilateurs-objets-numeriquesQuelles sont les attitudes d’utilisateurs non-experts face aux objets numériques ?

Etude-ISD-CIGREFCe projet de recherche, « An East asian perspective on the developing ethical and social values of digital object usage« , a étudié les pratiques et attitudes d’utilisateurs asiatiques non-experts de l’informatique, face aux objets numériques. « L’idée sous-jacente est que ces utilisateurs ne pensent pas en termes de programmes exécutables, de fichiers de données et autres concepts familiers des informaticiens, mais qu’ils conceptualisent les données sous la forme d’objets numériques intangibles : des éléments immatériels qui peuvent être copiés sans dégradation, compressés et transférés sur les réseaux ». L’objectif est d’explorer les pratiques émergentes.

les-essentiels-desvaldoL’étude DESVALDO

L’entreprise 2020 et le devoir d’éthique

En conclusion de cette étude, les chercheurs reviennent les enjeux du devoir d’éthique pour l’entreprise de 2020 :

Pour les entreprises multinationales ayant une présence globale, il est essentiel de comprendre le fonctionnement et les marchés de ces « pays asiatiques confucéens », une expression issue des travaux d’Ashkanasy. Les résultats de ce projet montrent que ce groupe de pays n’est pas monolithique, mais il existe cependant des similarités significatives dans différents domaines.

De manière plus générale, les différences d’attitudes et d’usages constatées lors de cette étude vont se heurter aux réglementations des entreprises. La tendance croissante du BYOD (Bring Your Own Device), ou l’usage sur le lieu de travail de terminaux personnels, risque notamment de créer de multiples problèmes.

Enfin, l’enquête menée à l’occasion de ce projet a révélé un manque de compréhension global du potentiel des objets numériques, qui peuvent être accédés, copiés, modifiés, capturés à la fois par les destinataires souhaités et par d’autres.

L’entreprise 2020 devra avoir des managers comprenant les différentes attitudes existant face à ces objets numériques et aux terminaux qui permettent d’y accéder. En matière de sécurité notamment, ni les utilisateurs ni les clients ne sont l’ennemi. Ces entreprises seront confrontées à des tensions en matière d’éthique de l’information :

• La surveillance sur le lieu de travail pourra découvrir des faits répréhensibles comme dans le cas d’un développeur de Verizon qui externalisait son propre travail en Chine… mais les salariés ont des attentes et des droits au respect de leur vie privée, et le respect de ceux-ci peut améliorer leur productivité.

• Le BYOD crée des risques sur la sécurité… mais les utilisateurs sont plus familiers de ces terminaux et donc potentiellement plus productifs.

• Travailler de chez soi, ou lors de ses déplacements, peut fournir une plus grande flexibilité pour l’employeur comme pour l’employé… mais la pression constante liée au fait d’être « toujours connecté » peut saper la productivité sur le long terme.

• De bonnes relations entre les employés et les clients dépendent souvent de processus de communication informels, qui renforcent la confiance… mais un message inapproprié d’un employé peut avoir des effets en cascade et ruiner des années de travail passées à bâtir la réputation d’une entreprise.

• Les travailleurs de la connaissance sont la source de nombreux revenus et profits dans l’économie de la connaissance… mais ils peuvent être peu soucieux de la sécurité, de la propriété et des droits.

Présentation initiale de l’étude

Professeur Andrew Adams
Center for Business Information Ethics

L’équipe de recherche du projet DESVALDO

Kiyoshi Murata, Directeur du Center for Business Information Ethics, de l’Université de Meiji. Il enseigne le management des systèmes d’information. Ses travaux de recherche portent principalement sur l’éthique de l’information dans les organisations professionnelles.

Andrew Adams, Directeur adjoint du Center for Business Information Ethics, de l’Université de Meiji, où il enseigne également. Ses travaux de recherche portent sur les aspects sociétaux, juridiques et éthiques des systèmes d’information

____________________

Retrouver tous Les Essentiels des études déjà réalisées

Ligne-rouge

Catégories